Retour à l'actualité

16 décembre 2019

Interview de Christelle Raynal

Vous travaillez depuis une vingtaine d’années dans la publicité, d’abord en tant que créative puis réalisatrice, quel a été votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amenée dans ce domaine ?
Je pensais que c’était impossible de devenir réalisatrice (les études à l’époque demandait un bac scientifique) et je croyais qu’il fallait forcément se servir d’une caméra pour être réal, j’avais tord mais je ne le savais pas. J’ai donc opté après mon bac (pas scientifique) pour une école de graphisme et de photo et j’ai décidé de faire de la pub en sortant de cette école parce que je regardais le travail de Jean-Paul Goude qui était à la fois publicitaire et réalisateur donc je me disais que c ‘était un bon compromis et je ne l’ai pas regretté, j’ai tout de suite fait les 2, j’étais assistante réal et je dessinais tous les story board des réal de pub que je côtoyais et j’étais en même temps directrice artistique junior et c’est en voyant mes images dessinées trait pour trait dans les pub ensuite que j’ai réalisé que la technique n’avait pas d’importance mais que c’était la vision qui était importante donc j’ai su à ce moment que je pouvais y arriver… un jour.

Vous réalisez un court métrage en 2008 (« J’attendrai ») puis votre premier long métrage en 2011 (« Plan de table »), comment passe-t-on du court au long ? Pourquoi était-ce important pour vous de réaliser un long ?
En fait je suis d’abord passée de la pub (30 sec) au court (12 min) et enfin au long (1H24) parce qu’en fait dans tous les cas…on raconte des histoires !! et c’est ça qui m’intéresse! Je peux raconter une histoire en 30 sec comme je l’ai fait pour Milka avec une marmotte qui met du chocolat dans le papier d’allu à un Plan de table qui change 3X pour faire tomber amoureux un homme et une femme, et encore aujourd’hui je passe de l’un à l’autre mais c’est vrai que le grand kiffe…c’est le long, on a un peu plus de temps 😉

Vous venez de réaliser deux épisodes spéciaux de la série « En famille », 2×52 minutes diffusés en prime mardi 17 décembre sur M6, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet ? Comment s’est déroulé le tournage ?
Je n’avais jamais réalisé pour un scénario existant que je n’avais pas écrit et vraiment je voulais savoir si j’aimais m’approprier une histoire avec des personnages existants et il se trouve que j’ai adoré, les personnages ont une grammaire et il faut composer avec tout en gardant ma personnalité et il se trouve que j’ai des convictions, ce qui est indispensable quand on réalise et même si c’est au service d’un texte qu’on n’a pas écrit. J’avais d’abord fait une série de sketch pour EN FAMILLE et en voyant mon plaisir à le faire, le 2X52 était un prolongement et mon plaisir a été que mon univers match avec cette série. J’aime la lumière un peu « brillante », j’aime que les filles soient très jolies, j’aime que les scènes drôles soit en contrepoint avec des scènes très émouvantes (je suis très fleur bleue) et j’aime l’action (mon côté garçon manqué)… pour ce prime j’ai été servie sur tous les tableaux.
Et surtout j’aime le rythme, je peux autant faire une comédie où le tempo est primordiale comme un film d’un autre genre du moment que le rythme soit le nerf de la guerre, j’ai pu tester différents genre dans la pub et j’attend que dans la fiction ça arrive mais je n’attend pas que ça arrive tout cuit dans le bec, j’ai en écriture un thriller parce que le rythme est le secret.

Vous avez travaillé à la fois pour la publicité, le cinéma et la télévision, selon vous quelles sont les différences fondamentales de ces 3 univers en tant que réalisatrice ?
Aucune, le contexte peut-être mais au fond les enjeux sont les mêmes, bien raconter une histoire, garder sa personnalité, composer, écouter, trancher, convaincre, se faire plaisir et faire plaisir aux autres qui vont regarder à la fin ce que vous avez filmé dans tous les cas tous les ingrédients sont là… le temps donné est la seule vraie différence au fond, en pub je tourne 20 sec par jour…en long métrage de 2 à 3 min/jour et en téléfilm de 6 à 10 min/jour….voilà la grande différence.

Y a-t-il d’autres projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?
Oui, un long signé dans une prod, un unitaire avec une chaine et une série pour une plateforme mais je suis ouverte à pleins de propositions !! Parce que le long métrage porte bien son nom c’est long. ;))

Plus d’infos sur Christelle Raynal :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/christelle-raynal/