Tél. 01 42 74 22 48  /  Email : lise (at) lisearif.com        

Agence Lise Arif

Rechercher un auteur ou un réalisateur
Rechercher selon vos critères :
 Auteur      Réalisateur
                       
Langue étrangère
7 avril 2016

Interview de Julien Guérif et Pierre Isoard

Vous avez tous deux auteurs et réalisateurs depuis cinq ans environ, quel avait été votre parcours auparavant ? Qu’est-ce qui vous a emmené dans ce domaine?

Pierre vient de la pub. Dix ans à travailler pour les marques les plus prestigieuses. Puis deux téléfilms, « À vos caisses » et « Les mauvaises têtes » qui reçurent un joli accueil critique et public. Julien a écrit des romans noirs pour Syros et travaillé pour Ubisoft, notamment sur la série Assassin’s Creed, après des études de cinéma à USC, à Los Angeles. Lise a eu le nez creux en nous présentant. Notre association s’est faite naturellement car nous avons les mêmes sensibilités et la même passion pour des intrigues fortes et travaillées avec des personnages à la psychologie fouillée.

C’est la troisième fois que vous collaborez tous les deux, après Alex Hugo et le long-métrage « L’enfant aux cailloux » sur lequel vous travaillez actuellement, comment s’est passé votre rencontre ? Continuez-vous de travailler en solo sur d’autres projets ?

Nous avons développés de nombreux projets ensemble. Le premier, « Les Bonnes Résolution »s de Martin Milo, que nous retravaillons actuellement pour le cinéma, est une comédie dramatique qui a l’ambition d’être poétique et décalée. C’est ce projet qui a cimenté notre relation de travail. Nous avons enchaîné sur plusieurs projets de série (en développement), puis sur un épisode d’Alex Hugo, « Soleil Noir », qui sera à l’antenne cet automne. Comme Pierre voulait vraiment écrire et réaliser, on a pu s’attaquer à la série sur laquelle il travaillait déjà comme réalisateur, et dont nous écrivons un nouvel épisode, « L’homme perdu », cette année. « Diabolique » est arrivé à ce moment. Tout est parti de notre rencontre avec Philippe Lornac et Pascale Breugnot, qui tenait à raconter ce fait divers et avec qui nous avons exploré de nombreuses directions avant d’adapter l’histoire. L’autre projet qui nous passionne en ce moment est l’adaptation de « L’Enfant aux Cailloux » de Sophie Loubière, avec Karé Productions. Cette histoire qui mêle très habilement drame et suspense dans un univers riche et atypique au service d’un personnage flamboyant est pour nous un projet très personnel.

Comment avez-vous été amené à travailler sur le téléfilm de Gabriel Aghion « Diabolique » ? Quels souvenirs gardez-vous de cette expérience ? Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

« Diabolique » était un vrai challenge d’écriture car l’histoire vraie des reclus de monflanquin est aussi fascinante qu’atypique. Notre but était de faire comprendre le mécanisme de l’emprise psychologique sur cette famille sans sacrifier les personnages aux yeux du public. L’expérience a été très bonne, à l’image de notre collaboration avec Ego et avec Marie Dupuy-D’Angeac chez France 3. On se souviendra longtemps du personnage de Thierry Tilly, du profil psychologique dressé après son arrestation, et de notre rencontre avec Ghislaine de Védrines et Jean Marchand, qui se sont racontés ouvertement et sans se faire de cadeaux.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la suite d’Alex Hugo et surtout sur « L’enfant aux cailloux » ?

Comme Pierre a exploré l’univers d’Alex Hugo en tant que réalisateur en posant les bases des premiers épisodes, il voulait fouiller les personnages, les opposer, et amèner la série vers des thèmes qui nous étaient chers. Delphine Wautier et Carole le Berre nous ont fait confiance en nous confiant l’écriture de « Soleil Noir », et maintenant de « L’homme perdu ». Pour nous, Alex Hugo est une superbe opportunité de revisiter les thèmes classiques du western dans l’univers de la montagne. Nous avons la chance de jouir d’une grande liberté et d’avoir la confiance de comédiens talentueux.

Y’a-t-il d’autres projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?

On a beaucoup d’autres projets, notamment de série, mais ils sont encore en développement et c’est trop tôt pour en parler. En tout cas, on trouve cette forme de narration très excitante et en perpétuelle évolution. Notre envie est de pouvoir jongler entre les séries, les projets de cinéma et la fiction télé de qualité.

Plus d’infos sur Julien Guérif :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/julien-guerif/

Plus d’infos sur Pierre Isoard :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/pierre-isoard/