Tél. 01 42 74 22 48  /  Email : lise (at) lisearif.com        

Agence Lise Arif

Rechercher un auteur ou un réalisateur
Rechercher selon vos critères :
 Auteur      Réalisateur
                       
Langue étrangère

L’actualité


17 février 2017

« Médecin de Campagne » co-écrit par Baya Kasmi sur Ciné+

Le film « Médecin de Campagne » réalisé par Thomas Lilti et co-écrit par Baya Kasmi sera diffusé sur Ciné+ Club jeudi 21 juin à 20h45. Cette comédie dramatique qui rassemble entre autres François Cluzet, Marianne Denicourt et Isabelle Sadoyan, avait cumulé près de 1.500.000 entrées lors de sa sortie en salles en mars 2016.

Baya Kasmi avait déjà collaboré avec Thomas Lilti sur le film « Hippocrate » qui avait attiré plus de 900.000 spectateurs en salles lors de sa sortie en 2014 et avait reçu 6 nominations aux César dont celle du Meilleur Scénario Original.

Tous les habitants, dans ce coin de campagne, peuvent compter sur Jean-Pierre, le médecin qui les ausculte, les soigne et les rassure jour et nuit, 7 jours sur 7. Malade à son tour, Jean-Pierre voit débarquer Nathalie,  médecin depuis peu, venue de l’hôpital pour le seconder. Mais parviendra-t-elle à s’adapter à cette nouvelle vie et à remplacer celui qui se croyait… irremplaçable ?

« Une histoire parfaitement écrite » (★★★★★ – LE PARISIEN)
« Le résultat est brillant » (★★★★★ – L’EXPRESS)

Plus d’infos sur Baya Kasmi :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/baya-kasmi/


12 février 2016

« Entre vents et marées » rediffusé sur France 3

France 3 rediffusera jeudi 21 juin les deux épisodes de la mini-série « Entre vents et marées », réalisée par Josée Dayan, co-écrite par Daniel Tonachella, adaptée par Elsa Marpeau et dans laquelle vous pourrez retrouver notamment Muriel Robin et Nicole Garcia. Cette fiction avait séduit 3,5 millions de téléspectateurs lors de sa première diffusion en janvier 2015 toujours sur France 3.

Christian de Kersaint-Gilly est tué de deux balles dans la tête sur son domaine breton. Le capitaine Marleau, dépêchée sur les lieux, concentre ses recherches sur l’épouse de la victime, Joséphine de Kersaint-Gilly, que tout désigne comme sa meurtrière. Christian venait en effet de vendre une parcelle de leur domaine à Etienne Quemener et son associé, Vincent Salmon, qui entendent transformer la petite ville de pêcheurs en une marina ultra-moderne, cité fortifiée pour une clientèle huppée. Dans le viseur des deux entrepreneurs, il n’y a pas que le domaine de Kersaint-Gilly, il y a aussi le hangar où Cécile Prigent, sœur d’Etienne, entrepose son chalutier. Bien décidée à défendre son activité, cette dernière entreprend de lutter contre le projet de marina. Mais sa résistance va finir par mettre en danger sa vie et celle de sa fille Gwen qu’on retrouve étranglée. L’étau se resserre à nouveau autour de Joséphine de Kersaint-Gilly qui avait signé la veille la vente de son domaine.

Plus d’infos sur Daniel Tonachella :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/daniel-tonachella/

Plus d’infos sur Elsa Marpeau :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/elsa-marpeau/


16 mars 2015

Rediffusion de « Malgré-elles » sur France 5

France 5 rediffusera lundi 18 juin à 20h55 le téléfilm « Malgré-elles » co-écrit par Barbara Grinberg, et qui réunit à l’écran Flore Bonaventura, Louise Herrero et Macha Méril.

Alice et Lisette sont belles, et elles ont 17 ans lorsqu’elles sont arrachées de force à leur famille pour collaborer à l’effort de guerre en Allemagne.
Après un séjour de six mois dans un camp d’endoctrinement, elles sont toutes les deux envoyées dans une usine d’armement où elles ont pour tâche de remplir des obus à une cadence inhumaine. Une explosion éclate, elles sont soupçonnées de sabotage et menacées d’être envoyées dans un camps de redressement.
Alice et Lisette se croient sauvées lorsqu’on leur annonce leur transfert dans une maternité. Elles découvrent la réalité des Lebensborn (« fontaines de vies »), et l’organisation implacable des nazis pour constituer une « race pure ».
Ni l’une ni l’autre ne se doute alors de ce qui les attend.

Plus d’infos sur Barbara Grinberg :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/barabara-grinberg/


7 juin 2018

« Auguste Renoir, de l’ombre à la lumière » écrit et réalisé par Laurence Lowenthal

France 5 rediffusera vendredi 8 juin à 13h15 le documentaire « Auguste Renoir, de l’ombre à la lumière » écrit et réalisé par Laurence Lowenthal. Cet épisode de la collection « Une maison, un artiste » a été produit par A Prime Group.

La philosophie d’Auguste Renoir, qui plaçait la gaieté au coeur de ses toiles, lui a valu le surnom de «peintre du bonheur». En 1907, après de nombreuses années passées à parcourir le monde à la recherche d’un paysage ou d’une lumière, le maître de l’impressionnisme achète une fermette au coeur d’un parc boisé, sur une colline qui surmonte la Baie des Anges, à Cagnes-sur-Mer. Son inaltérable joie de vivre et son amour pour la création atteignent leur apogée à l’automne de sa vie, alors qu’il réside dans ce domaine, dit des Collettes. Dans l’enceinte de cette propriété provençale, l’homme a connu une période de paradoxes, habitée par les ombres et les tourments autant que par les couleurs et la lumière.

Plus d’infos sur Laurence Lowenthal :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/laurence-lowenthal/


1 juin 2018

Succès historique pour la sixième saison de « Candice Renoir » !

La diffusion de la sixième saison de « Candice Renoir » s’est achevée le 25 mai dernier sur France 2 avec un nouveau record d’audience puisqu’à J+7, la série réalise son meilleur score historique avec en moyenne 5,6 millions de téléspectateurs (22,4% de PdA, en audience consolidée). Félicitations à toute l’équipe et plus particulièrement à Marc Kressmann qui a assuré la production artistique et la direction de collection de cette nouvelle saison, à Agathe Robillard qui a écrit les arches narratives avec Marc Kressmann, ainsi qu’à Eric Eider, Marie-Alice Gadea, Ivan Piettre, Agathe Robilliard à l’écriture des épisodes, et enfin Adeline Darraux à la réalisation des épisodes 6, 7 et 8.

Plus d’infos sur Adeline Darraux :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/adeline-darraux/

Plus d’infos sur Eric Eider :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/eric-eider/

Plus d’infos sur Marie-Alice Gadéa :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/marie-alice-gadea/

Plus d’infos sur Marc Kressmann :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/marc-kressmann/

Plus d’infos sur Ivan Piettre :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/ivan-piettre/

Plus d’infos sur Agathe Robilliard :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/agathe-robilliard/


1 juin 2018

« Tamara vol.2 » réalisé par Alexandre Castagnetti, le 4 juillet au cinéma

Après le succès du premier film adapté de la BD « Tamara », réalisé par Alexandre Castagnetti, et qui avait attiré près de 800.000 spectateurs en salles en 2016, UGC distribution sortira le 4 juillet prochain « Tamara vol.2 ». Cette suite, produite par Gazelle & Cie, et toujours réalisée Alexandre Castagnetti, réunit à l’écran Héloise Martin dans le rôle de Tamara, Rayane Bensetti, Sylvie Testud, Noémie Chicheportiche, Idrissa Hanrot, Manon Azem, Jimmy Labeeu et Oussama Kheddam. 

Tamara est séparée de Diego depuis deux ans. Elle quitte enfin le nid pour vivre l’aventure étuidante à Paris avec sa copine Sam. En galère d’appartement, elles acceptent une coloc avec Wagner. Problème : Diego fait partie du lot, et il n’est plus célibataire ! Pour Tamara, qui rêve d’oublier sa petite vie de province, ça commence mal… Et tout se complique lorsqu’elle flashe sur James, le mec parfait : étudiant-photographe-mannequin-DJ canon, star des réseaux sociaux ! Pour l’approcher, elle va devoir devenir populaire et jouer dans la cour des grandes… Tout ça sous le regard de Diego… Entre la fac, l’ex, le futur-ex et des parents toujours sur son dos, il va falloir faire les bons choix ! 

Plus d’infos sur Alexandre Castagnetti :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/alexandre-castagnetti/


28 mai 2018

« La Colle » d’Alexandre Castagnetti sur OCS Max

OCS Max diffusera mercredi 30 mai à 20h40 le film « La Colle » réalisé par Alexandre Castagnetti. Sorti en salles en 2017, ce long métrage réunit à l’écran Arthur Mazet, Karidja Touré et Thomas VDB. 

Benjamin hérite injustement de deux heures de colle un samedi. Il réalise une fois sur place que Leila, la fille dont il est secrètement amoureux, fait partie des collés ce jour-là. Et mieux encore : elle vient s’asseoir à côté de lui car il est le seul à avoir son livre de maths ! Alors qu’il va aux toilettes se rafraîchir les idées, lorsqu’il en revient, il se retrouve projeté comme par magie au moment où Leila vient s’asseoir à côté de lui !
Benjamin est bloqué dans une boucle temporelle : s’il s’éloigne de Leila plus de trois minutes, il est renvoyé au début de la colle ! Et tout ça parce que le génie de l’application Akinator a exaucé son vœu de la veille : « Je voudrais que Leila et moi on soit ensemble »…
Coller aux basques de Leila jusqu’à la sortie, obtenir un baiser de gré ou de force, Benjamin va tout tenter pour sortir de ce piège, en se coltinant un pion tortionnaire, un gardien libidineux, une infirmière un peu spéciale et la pire bande de cancres du lycée….

Plus d’infos sur Alexandre Castagnetti :

http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/alexandre-castagnetti/


21 mai 2018

Interview d’Edwin Baily

Vous êtes réalisateur depuis une vingtaine d’année environ et avez réalisé une vingtaine de long-métrages, téléfilms et/ou épisodes de série, quel a été votre parcours auparavant ? Qu’est-ce qui vous a emmené dans ce domaine ?

Après des études de socio et une école de cinéma, j’ai commencé tout de suite à travailler dans le milieu du cinéma, et puis très vite j’ai monté ma société et produit mes films et ceux des autres pendant plus de dix ans.
Ce qui m’a emmené dans ce domaine, c’est l’émotion procurée par deux cinéastes, André Delvaux, et Mike Leigh.

Vous avez réalisé les six épisodes de la série « L’accident » (prochainement diffusée sur France 3), comment avez-vous abordé ce projet ? Votre méthode de travail est-elle différente selon que vous travailliez sur une série, un téléfilm ou un long-métrage cinéma ?

La meilleure façon d’aborder ce genre de projet est en premier lieu de trouver les décors adéquats et en l’occurence la petite ville où allait pouvoir se raconter cette histoire. Ensuite trouver un style visuel.
Oui la méthode change beaucoup suivant les projets et surtout en rapport à l’engagement dans le scénario à savoir commande ou pas et bien sur l’autonomie est différente quant à la production et la diffusion.

Vous êtes également producteur, est-ce important pour vous de contrôler chaque étape d’un projet ? Produisez-vous également des œuvres que vous ne réalisez pas ?

Oui c’est important pour moi de pouvoir contrôler les différentes étapes. Un film se conçoit à tous les nivaux de son parcours et bien sur aussi au moment de son financement.
Je ne produis plus des films que je ne réalise pas, faute de temps…

Vous travaillez actuellement à la suite de « Faut-il aimer Mathilde ? », votre premier long-métrage sorti en salles en 1993, pourquoi avoir attendu si longtemps ? Quel souvenir gardez vous du tournage du premier film ?

Oui je travaille sur sa suite avec de nouveau Dominique Blanc. En fait après une écriture compliquée d’un deuxième projet, Jacques Fansten m’a proposé de réaliser mon premier téléfilm unitaire, et puis tout s’est enchainé assez rapidement pour la télévision. Je ne regrette pas, j’ai beaucoup de plaisir à tourner mais le temps passe vite et j’ai envie de revenir là où j’ai commencé même si les choses ont bien changées ! Du tournage de ce premier long métrage, je garde un souvenir d’un moment totalement intense et magique.
Parallèlement, je travaille aussi sur un documentaire entre Paris et Brest.

Plus d’infos sur Edwin Baily :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/edwin-baily/