Tél. 01 42 74 22 48  /  Email : lise (at) lisearif.com        

Agence Lise Arif

Rechercher un auteur ou un réalisateur
Rechercher selon vos critères :
 Auteur      Réalisateur
                       
Langue étrangère
8 septembre 2020

Interview de Catherine Hoffmann

Vous êtes auteur pour la Télévision depuis plus de vingt ans, qu’est-ce qui vous a amenée dans ce domaine ? Quel a été votre parcours auparavant ?

J’écris depuis toujours et suis une lectrice compulsive : j’ai commencé des études de lettres, mais étant aussi très cinéphile, être scénariste me permettait de lier mes deux passions, donc j’ai fait la FEMIS, département« scénario ». À ma sortie, j’ai rencontré Florence Aboulker, directrice littéraire à Ego Production qui venait de l’édition et avec qui on partageait le goût du polar : elle & Pascale Breugnot m’ont confié l’écriture d’épisodes du « Juge est une femme » et à partir de là, c’était parti ! J’ai beaucoup écrit pour des séries policières, puis des comédies, mon autre genre de prédilection : quand je peux mêler les deux (sur « les petits meurtres d’Agatha Christie », par ex), c’est l’extase !

Vous avez écrit le téléfilm « Apprendre à t’aimer », qui sera diffusé sur M6 mardi 8 Septembre. Comment êtes-vous arrivée sur ce projet ?

Grâce à Lise, mon agent, qui m’a fait rencontrer le producteur. Il cherchait un co-auteur, pour écrire avec la réalisatrice du film, Stéphanie Pillonca-Kervern. J’ai eu un coup de cœur pour ce projet dont Stéphanie parlait avec beaucoup de fougue, d’humour, et d’humanisme : elle vient du documentaire, et en avait déjà réalisé pour Arte autour du thème du handicap (« Je marcherai jusqu’à la mer », que je vous conseille vivement!)

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette fiction ?

C’est l’histoire de Franck et Cécile, un couple fusionnel qui explose à la naissance de sa petite fille trisomique, Sara. Le film suit leurs trajectoires opposées, Franck rejetant au départ cette petite différente (qui l’oblige à faire le deuil de son « enfant rêvé »), tandis que Cécile se retrouve obligée de faire face, seule. Stéphanie a eu l’idée du film en rencontrant des pères d’enfants handicapés, lui avouant leur défaillance face au choc…ce n’est pas un sujet léger, mais on a tenté d’éviter le pathos, en instillant aussi de la comédie autour d’un thème qui ne s’y prêtait pas forcément. Pour traduire par l’écriture l’idée qui sous-tend le film, à savoir que ce drame n’en est pas forcément un : l’arrivée de Sara, vécue comme une catastrophe initiale va aussi changer son père en profondeur…et l’évolution de Franck fait écho à celle ressentie par les spectateurs, aux projections du film : ils commencent par compatir avec lui (« la tuile » !), mais finissent par avoir envie d’adopter Sara, parce qu’elle est solaire, craquante, balaye nos peurs et nos préjugés pour tous nous emporter avec elle !

Y a-t-il des projets sur lesquels vous travaillez actuellement dont vous souhaitez nous parler ? Quels sont vos désirs pour l’avenir ?

J’écris actuellement deux mini-séries dans la veine des comédies sociales anglaises que j’adore comme spectatrice : « Arcadia », (l’amour contrarié entre un travailleur détaché grec et une française) a pour univers le chantier naval, et évoque la folie économique et écologique d’un monde où les paquebots géants font vivre Saint-Nazaire, tout en détruisant Venise… et si tout se passe bien, ce projet devrait être réalisé par Marion Vernoux, une autre réalisatrice en or ! Le second projet, « Le Parc », traite d’une « nourrice » de cité, obligée pour sauver sa peau de devenir réellement nourrice (d’enfants, cette fois) dans les beaux quartiers… derrière l’intrigue polar, il y a l’envie d’aborder le rapport complexe entre ces mères qui bossent, parfois sans vraiment voir grandir leurs enfants, et celles qui les gardent. Enfin, nous continuons à co-écrire ensemble avec Stéphanie plusieurs projets, dont deux scénarios en développement pour nos acteurs d’Apprendre à t’aimer : l’un autour de l’alcoolisme au féminin pour Julie de Bona, et une comédie ciné pour Ary Abittan (un divorcé séducteur devenant féministe malgré lui, au contact de ses trois filles); donc pour mes désirs d’avenir, je dirais : avoir la santé -et des journées de quarante heures- pour que ces films et séries puissent voir le jour !

Merci !

Plus d’infos sur Catherine Hoffmann :
http://www.agencelisearif.fr/auteur-realisateur/catherine-hoffmann/

Plus d’infos sur « Apprendre à t’aimer » :
http://www.agencelisearif.fr/apprendre-a-taimer-co-ecrit-par-catherine-hoffmann-diffuse-sur-m6/